LIBRE A LOISIRS !

Bienvenue sur notre petite île, à l'abri du vent et de la pluie ! Venez nous rejoindre sur le sable chaud pour discuter de tout et de rien, en toute liberté...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Suspicion de David Ambrose

Aller en bas 
AuteurMessage
Itsuki
Adminette :)
Adminette :)
avatar

Nombre de messages : 1795
Age : 34
Localisation : Valenciennes
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Suspicion de David Ambrose   Mar 27 Juin - 12:19



Après avoir frôlé la mort, Tom a arrêté l’alcool. Il s’est marié et a eu une petite Julia. Mais d’étranges manifestations perturbent l’enfant. Elle prend une voix d’adolescente et prétend s’appeler Mélanie. Mélanie, comme cette adolescente violée et assassinée la nuit même où, ivre, Tom a eu son accident. Mélanie qui réclame vengeance...

Citation :
1


Tom Freeman observa la silhouette blanche juchée au bout de son lit.
- Vous êtes condamné, lui dit le médecin.
Il entendit ensuite :
- C'est certain, sauf si vous changez votre mode de vie.
Ainsi il avait droit à un "sauf si". Pourtant le désirait-il ? Ne préférait-il pas mourir, aussi vite que possible et sans souffrir ? Il essaya de parler, mais ne put émettre qu'un son râpeux qui resta coincé au fond de sa gorge. Son cou était pris dans une minerve et sa mâchoire immobilisée. On avait plâtré ses trois côtes cassées, son épaule fracturée, sa hanche fêlée et sa jambe brisée. Ça tient du miracle que vous soyez encore en vie, lui avait-on dit.
Le médecin, dans les trente-cinq ans, et donc à peine plus âgé que lui, poursuivit son diagnostic :
- Votre foie ou votre pancréas vont lâcher. Ou ce sera vos reins. Peut-être même les trois. Sans parler des lésions au cerveau, conséquence de l'abus permanent d'alcool. Je ne parle même pas de la coke.
Il marqua une pause, riva ses yeux dans ceux de Tom pour s'assurer qu'il avait été compris et que ses paroles faisaient de l'effet. Tom le dévisagea d'un air insolent et garda le silence. Il était persuadé qu'il avait le droit de choisir sa route pour l'enfer. En fait, c'était la seule chose à laquelle il croyait, son seul article de foi. Si seulement je pouvais m'exprimer, se dit-il. Ça m'éviterait d'écouter ce sermon qui commence à m'emmerder sérieusement.
- Bien sûr, reprit le médecin, la bonne nouvelle c'est que ni l'alcool ni la drogue ne vous tueront : vous mourrez avant, dans un banal accident de voiture. Comme celui d'hier. Vu vos blessures, c'est probablement un camion qui vous a renversé. Vous ne vous souvenez de rien ?
Tom essaya de remuer la tête, mais le toubib l'en dissuada d'un geste de la main.
- Ne bougez pas ! On vous a sorti d'un fossé, entre River et Pike. Quelqu'un a téléphoné pour signaler un cadavre. Quand les types de la morgue sont arrivés, ils ont bien cru que vous aviez passé l'arme à gauche puis ils vous ont tâté le pouls. Ils vous ont ranimé dans l'ambulance sans y croire, et pourtant vous êtes là !
Tom aurait bien voulu savoir où diable se trouvaient River et Pike, mais il dut y renoncer. De toute façon, quelle importance ? Ça ne lui rappellerait rien. Il n'avait aucune idée de la manière dont il avait atterri là-bas.
Il savait qu'il était allé à Albany, mais le dernier endroit dont il se souvenait était Manhattan - un club de Tribeca où il connaissait un musicien. Quelqu'un avait proposé de faire une virée dans la vallée de l'Hudson pour aller au festival de rock d'Albany. Puis il se souvenait de la limousine qu'un dingue avait louée. Qui avait eu cette drôle d'idée ? Soudain, il eut l'horrible impression d'en être l'instigateur. Ils s'étaient entassés dans l'énorme voiture qui comportait un bar. Ah oui, ça lui revenait maintenant : ils s'étaient arrêtés deux fois pour remplir le bar de la limousine avec divers alcools. Et ils avaient abusé de tas de drogues.
C'était tout. Il ne se rappelait rien d'autre. Ils avaient dû atteindre leur destination, quoiqu'il ne se souvînt de rien. Qu'était-il arrivé aux autres ? Il ne le saurait jamais car il ne les connaissait pas. Des visages inconnus. Tout était noyé dans un brouillard d'alcool, de drogue et encore d'alcool, et de quelques lignes de coke pour se remonter le moral, des amphets et des pétards... pour se retrouver là, ficelé, suspendu à des crochets et des poulies telle une carcasse dans un abattoir. Qui devrait-il baiser pour obtenir un verre d'eau ? Non qu'il soit en état de baiser qui que ce soit. À ce train là, ce n'est pas demain qu'il aurait à boire !
Bras croisés, le docteur l'observait patiemment, attendant qu'il ait terminé son monologue intérieur. Quand Tom accrocha son regard, il lui débita son ultime avertissement :
- Vous allez vous remettre physiquement. Je vous le répète : c'est un miracle que vous soyez encore en vie. Le fait que vos organes fonctionnent encore - enfin pour le moment - est un autre miracle. Il vous reste une chance de vous en sortir. À vous de la saisir.
Une fois encore, Tom tenta de parler mais il ne réussit qu'à émettre un grognement de colère. Il aurait voulu demander à ce jeune con au teint frais s'il était né dans la peau d'un prédicateur pour enfants en bas âge, ou s'il avait suivi des cours de prêchi-prêcha en plus des leçons d'anatomie et de pathologie.
- Essayez de vous reposer. Vous mettrez du temps à pouvoir reparler mais nous vous donnerons un carnet et un crayon dès que possible. Vous avez besoin de quelque chose tout de suite ? Si oui, clignez des yeux une fois, si c'est non, clignez deux fois.
Tom réfléchit un instant. Bien sûr qu'il voulait un truc : une grande vodka avec de la glace et une ligne de coke. Parce qu'il ne les obtiendrait pas, il cilla deux fois pour qu'on lui fiche la paix.
Comme s'il avait pu lire dans les pensées de Tom, le docteur hocha la tête.
- À plus tard.
Paralysé, dévoré par l'envie de se gratter, souffrant de tout son corps, Tom se demanda combien de temps il lui restait avant de sombrer dans la folie


David Ambrose est reconnu dans le monde comme l'un des maîtres du thriller psychologique. Il est l'auteur de romans, de scénarios (il a notamment travaillé avec Orson Welles, Kirk Douglas et Sharon Stone) et de pièces de théâtre. Suspicion est son septième roman.




Je l'ai terminé hier soir, l'intrigue est assez longue a se mettre en route, c'est parfois farfelu, la deuxieme moitié du bouquin est plus intense, moins 'gnangnan', on rentre reellement dans l'histoire.
Bien, mais pas extraordinaire... Je m'attendais à mieux après avoir lu la quatrième de couverture.

_________________
Itsuki, Wapi ou autre Karen Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.wapinmaniac.com
Oreade
Adminette :)
Adminette :)
avatar

Nombre de messages : 1922
Age : 34
Localisation : Valenciennes
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Suspicion de David Ambrose   Mar 27 Juin - 18:13

C'est clair que la 4è de couverture donne envie!! Comme quoi des fois...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Suspicion de David Ambrose
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIBRE A LOISIRS ! :: Loisirs à volonté :: LECTURE :: Fiches de lecture-
Sauter vers: